L’indépendance syndicale pour les revendications

L’indépendance syndicale pour les revendications

Depuis quelques semaines, dans le cadre de la campagne politique des élections municipales, la fédération FO des personnels des services publics et des services de santé déplore la multiplication d’articles de presse, interviews, émissions TV ou radio à l’échelon local (voire national) tentant de remettre en cause l’indépendance de ses syndicats et de ses responsables. La fédération condamne ces faits, soutient ses structures et ses militants. Elle les invite à la plus grande vigilance.

Nous n’acceptons pas ces tentatives d’instrumentalisation de notre organisation et de ses militants (d’où qu’elles viennent!), à l’occasion de la campagne des municipales. Elles s’apparentent à une volonté d’intégration du syndicat. C’est du reste, une des raisons qui amène FO à contester le pacte de responsabilité.

La fédération et ses structures réaffirment qu’elles ne donneront aucune consigne de vote pour ces élections municipales comme pour tout autre scrutin politique. Notre indépendance, qui en gêne plus d’un, nous permet de conserver notre liberté de comportement.

Aussi, même pendant la campagne des municipales, FO ne taira pas ses revendications. D’autant que la politique d’austérité mise en œuvre par le gouvernement s’attaque durement aux salariés, à leurs droits collectifs et aux acquis sociaux. Cela se traduit notamment par :

  • le recul du pouvoir d’achat, la prolongation du gel des rémunérations dans la fonction publique commencé en 2010, l’absence de coup de pouce au SMIC, etc.,

  • la suppression de postes par milliers dans la fonction publique, la multiplication des plans sociaux dans le privé, l’augmentation du chômage,

  • la remise en cause du service public républicain notamment par la loi HPST, la modernisation de l’action publique et l’affirmation des métropoles (loi du 19 décembre 2013) qui prolonge la RGPP, la baisse drastique des finances publiques, la réforme des rythmes scolaires, etc.

  • la remise en cause des retraites et de la protection sociale collective par, dans un premier temps, la remise en cause de la branche famille.

    Avec la confédération FO, la fédération condamne fermement cette politique d’austérité. Elle s’inscrit pleinement dans l’appel des salariés, fonctionnaires et agents publics à la grève interprofessionnelle du 18 mars 2014.

    Avec les salariés, fonctionnaires et agents publics, les syndicats de la fédération réaffirmeront leurs revendications :

  • –  pour l’augmentation des salaires et notamment la revalorisation de la valeur du point d’indice dans la fonction publique,

  • –  contre le chômage et pour l’emploi notamment par l’arrêt des suppressions de postes et les créations nécessaires dans le secteur public,

  • –  pour la défense du statut et des conventions collectives nationales,

  • –  pour la consolidation de la sécurité sociale,

  • –  pour le service public républicain.

    Le Secrétariat fédéral                 Paris le 28/02/2014 

Pour télécharger le communiqué  : cliquez ici

Share to Facebook
Share to Google Plus